jeudi 23 octobre 2014

LES CHEMINS DE COMPOSTELLE (SERVAIS)

Tome 1 :  Petite Licorne

Blanche part de la Grand-Place de Bruxelles, Alexandre de Vevey en Suisse, Céline du Mont-Saint-Michel en Normandie et Dominique de Saint-Mathieu de Fine-Terre en Bretagne.
Deux femmes, deux hommes, quatre personnalités distinctes venus de quatre horizons différents pour suivre pas à pas les méandres d'un parcours unique : les chemins de Compostelle. 
Depuis plus de mille ans, les pèlerins du monde occidental traversent l'Europe pour se rendre à Compostelle, en Galice, où reposent les reliques de saint Jacques, l'un des 12 apôtres.
Aujourd'hui, au-delà d'un acte de foi, c'est un voyage initiatique et historique qui s'offre aux marcheuses et marcheurs.
Et c'est aussi un voyage intérieur et aventureux qui s'ouvre à Blanche, Céline, Alexandre et Dominique, loin de leur quotidien tourmenté.
Tous les chemins mènent à Compostelle, pourtant, partir ce n'est pas forcément s'échapper ou se fuir, c'est peut-être aussi avancer sur le chemin de sa propre conscience, se trouver sans se chercher. Entre paysages intérieurs et spectacles de la vie.
À chacun sa voie, à chacun son chemin de Compostelle ; tout l'art de Jean-Claude SERVAIS est d'en retracer les trajectoires, avec précision et passion, guidant nos pas dans ceux de ses personnages universels, tout en faisant découvrir des régions et des patrimoines remarquables.

Aux éditions Dupuis


Une question ?... envie de commander : cddarlon@gmail.com

mercredi 15 octobre 2014

JÉSUS DIT BARABBAS (Gerald MESSADIÉ)

Depuis deux mille ans, la chrétienté et le monde s'en tiennent à la version littérale des Évangiles selon laquelle Ponce Pilate aurait donné aux Juifs le choix entre la libération de Jésus et celle d'un certain "brigand" nommé Bar Abbas. ils auraient alors crié : "Bar Abbas !"
Au XXe siècle, des exégètes ont relevé que les auteurs des textes évangéliques ne maîtrisaient pas les langues orientales, dont l'araméen, que parlait Jésus. Or, en araméen, Bar Abbas ne peut être un nom : ces mots signifient "Fils du Père", et c'est ainsi que Jésus se désigna maintes fois. nul autre que lui ne pouvait porter un tel surnom. Les premiers rédacteurs avec commis l'une des erreurs de traduction les plus formidables de l'histoire : c'était bien Jésus dont les Juifs avaient demandé la libération. Pilate ne leur offrit jamais de choix et ne se lava pas les mains du sort du prévenu : c'était là un rite réservé aux prêtres juifs.
S'avisant de l'erreur qu'il avait partagé avec tant d'autres, Gerald MESSADIÉ s'est trouvé contraint de reconstituer intégralement l'histoire terrestre du Crucifié. L'enseignement de Jésus demeurait, mais les récits historiques devaient être révisés.
C'est l'objet de ces pages, abondamment étayées par des notices historiques.

Aux éditions JC Lattès


Une question ?... envie de commander : cddarlon@gmail.com

QUI NOUS FERA VOIR LE BONHEUR ? (Christophe ANDRÉ et Martin STEFFENS)

Le bonheur représente un antidote à la peur de mourir qui habite l'homme depuis l'aube des temps, mais rien de plus important et de plus insaisissable à la fois. Si les philosophes en ont fait un objet d'étude, depuis peu, la psychologie et la science tentent, à leur tour, de répondre aux questions que chacun se pose à propos du bonheur. En quoi consiste-t-il ? Quels sont ses bénéfices sur notre santé et nos performances ? Et surtout, comment s'en rapprocher au quotidien ?
Pour autant, suffit-il de "cultiver" le bonheur comme on cultive son jardin ? Martin STEFFENS rappelle que la question, avant de tomber dans l'oreille du philosophe, vient d'abord d'un psaume, qui prend ainsi Dieu à partie : "Qui nous fera voir le bonheur ?"
Le bonheur auquel nous aspirons tous ne dépend-il que de nous ou résulte-t-il de notre acquiescement à un appel ? 
Dans un échange nourri et fécond au carrefour de la psychologie, de la philosophie et de la spiritualité, Christophe ANDRÉ et Martin STEFFENS dessinent des chemins possibles pour atteindre le bonheur.

Aux éditions Le Passeur


Une question ? ... envie de commander : cddarlon@gmail.com

POURQUOI ON CROIT EN DIEU ?





Saurais-tu mimer David contre Goliath ? Chanter un chant de Noël ? Donner le nom du tout premier pape ?... et 73 autres questions pour jouer en famille, à l'école ou au caté. Des défis à relever seul ou en équipe pour apprendre à mieux connaître la foi catholique tout en s'amusant.
Fous rires garantis !

Aux éditions Deux Coqs d'or

Une question ?... envie de commander : cddarlon@gmail.com

LE POISON D'AMOUR (Eric-Emmanuel SCHMITT)

Quatre adolescentes de seize ans liées par un pacte d'amitié éternelle tiennent le journal de leur impatience, de leurs désirs, de leurs conquêtes et de leurs rêves.
Comment éviter les désastres affectifs dont les parents donnent l'image quotidienne dans leur couple ? 
Hier encore des enfants, les voilà prises au piège de cette émotion bouleversante, l'amour, prêtes à entrer dans ce domaine mystérieux, cette folie qui peut les transformer en monstres.
Tandis qu'au lycée on s'apprête à jouer Roméo et Juliette, imprévisible et fatal, un drame se prépare...

 Aux éditions Albin Michel

Une question ?... envie de commander : cddarlon@gmail.com

CARNET D'À DIEU, MON AMOUR (Anne LIU)

"Cinq mois de regards, cinq mois de paroles"...

Anne LIU raconte les derniers mois auprès de son époux.
Comment vivre ? Comment survivre ? 
Une succession de courtes lettres qui témoignent d'un amour vivifié par l'approche de la séparation.
Avec pudeur... et beaucoup d'amour... 

Très beau !


Aux éditions DDB

Une question ? ... envie de commander : cddarlon@gmail.com

mardi 16 septembre 2014

CATHOLIQUES SANS ÉTIQUETTE (Matt MALONE)

En bannissant les termes "conservateur" et "progressiste" du vocabulaire de la revue jésuite America, Matt MALONE a lancé un débat qui concerne les catholiques du monde entier.
Face à une humanité mondialisée et sécularisée, comment peuvent-ils trouver leur place non seulement dans la société, mais aussi dans une Église où l'individualisme et le tribalisme contemporains ont fait également leur lit ? 
Cet essai décapant nous montre qu'il n'est ni sain ni efficace de s'affubler d'étiquettes idéologiques. "Quand nous envisageons l'Église en fonction de catégories politiques essentiellement laïques, argue-t-il, alors elle n'est plus une communion mais un regroupement de factions."
Selon l'auteur, les chrétiens sont appelés à témoigner d'un message plus radical que n'importe quelle politique laïque. C'est pourquoi il les engage à nourrir un vrai débat de fond en s'armant d'un seul message, l'Évangile. Et en ayant un seul leader, Jésus !

 Aux éditions Salvator


Une question ?... envie de commander : cddarlon@gmail.com